lundi 13 août 2018

French conference about 18th century man hair and hairstyle

Hello,

I gave a conference about men hair and hairstyle of the mid-18th century with the historian Michel Thévenin the August 11th. It was during the Rendez-vous d'histoire of Québec.

In just 30 minutes, we presented the actual movie representation of this period, the definition and the rights of practices of french wigmakers, a brief historic of this profession and a live demonstration for 2 hairstyles. It was a challenge for us to tell everything we wanted to tell.

More informations about wigmakers will come with later articles on this blog.

Also, here is some pictures of the conference. A special thanks to Joseph Gagné for these pictures!

 Crédit photo: Joseph Gagné
  Crédit photo: Joseph Gagné
  Crédit photo: Joseph Gagné
 Crédit photo: Joseph Gagné


I hope that people that came to see our conference were happy about it.

Mlle Canadienne

Coiffure, cheveux et cie: la mode capillaire au milieu du XVIIIième siècle

Bonjour,

Le 11 août dernier, j'ai donné une conférence sur l'apparence capillaire des hommes au milieu du 18ième siècle avec Michel Thévenin, historien dans le cadre des Rendez-vous d'histoire de Québec.

En trente minutes, top chrono, nous avons eu le temps de présenter la vision moderne de cette époque, la définition des droits de pratique du perruquier, un bref historique de ce métier et une démonstration en direct de 2 types d'accomodage. Ce fut un défi pour nous!

Plus d'information viendra avec d'autres billets.

Aussi voici quelques photos de ce moment. Merci à Joseph Gagné pour les photos!

 Crédit photo: Joseph Gagné
  Crédit photo: Joseph Gagné
  Crédit photo: Joseph Gagné
 Crédit photo: Joseph Gagné


J'espère que les gens présents auront été contents de notre présentation.

Mlle Canadienne

samedi 14 juillet 2018

Quelles nouvelles?

Bonjour,

Il y a longtemps que je n'ai pas donné de nouvelles. J'ai entamé un immense projet de couture que je caressais depuis longtemps: faire ma propre robe à la française. Je suis encore sur le projet mais des photos devraient arriver sous peu. Tout ce que je me permets de dire c'est que je suis encore tombée sous le charme d'une indienne...

Aussi je me suis laissée convaincre de participer à une conférence-animation portant sur la coiffure masculine du milieu du 18ième siècle avec l'historien Michel Thévenin.  Je serais en charge de la partie animation. Cette conférence aura lieu durant les Rendez-vous d'Histoires de Québec des 10-11-12 août 2018 à l'Ilot des Palais.


Pour plus d'informations: https://rendezvoushistoirequebec.com/programmation/samedi-11-aout/



Alors voilà, je retourne à mes projets.

Bonne journée,

Mlle Canadienne


dimanche 7 janvier 2018

The french equivalent of the market wallet

Hello,

Since it's super easy to have information about English uses of Market Wallet, in French I didn't know how to name it in my first language. The first proof of French using Market Wallet was this painting L'homme à la besace, of Françoise Duparc.
For higher resolution  click here, link to the Marseille museum.


L'homme à la besace (1760?)
Françoise Duparc (1728-1778)
Exposed at Musée des Beaux-Arts de Marseille



So was a besace the same thing of the market wallet? Or just a generic name for all types of bags?

Again Internet was full of information of American or English Market Wallet but I was desperated to find French sources, since I want to document New-France pieces of clothing and accessories.


One day I felt lucky to find this French market wallet on this painting of Carmontelle.



Le garde blés de Villers-Cotterets,
Louis Carrogis dit Carmontelle
Exposed at Musée Condé in Chantilly

So no name used but a visual confirmation that market wallet were used by French too for the same period. 


The name confirmation I was waiting for came unsuspectedly from the La Fontaine Fables I had as a gift this fall. The Fable is named ''La besace''. At the end of this little story, the writer describe the besace as having a pocket in front for defaults of everybody else and a pocket in the back for our own defaults.  This description is exactly a market wallet so the french name is besace!!!

Here the original sentences of Jean de La Fontaine

''On se voit d'un autre œil qu'on ne voit son prochain.
 
Le Fabricateur souverain
Nous créa Besaciers* tous de même manière,
Tant ceux du temps passé que du temps d'aujourd'hui :
Il fit pour nos défauts la poche de derrière,
Et celle de devant pour les défauts d'autrui.''

*Besaciers: besace bearer




My friend Cathrine Davis,
in 1750's Canadienne,
with her besace.
Credit photo: Joseph Gagné

You might think that I should have ask my historians friends to look for me in a historical dictionary the word besace but it would have been less surprising. Maybe it will be the next step!


Mlle Canadienne

La besace

Bonjour,

Aujourd'hui j'aimerais vous parler d'une démarche particulière que j'ai eu avec cet objet que je nomme la besace.

L'interrogation est venue de ce tableau:  L'homme à la besace, de Françoise Duparc.
Pour une meilleure résolution cliquez sur le lien du musée de Marseille, ici.


L'homme à la besace (1760?)
Françoise Duparc (1728-1778)
Exposé au Musée des Beaux-Arts de Marseille



La question que je me suis posée est la suivante: qu'est-ce qu'une besace? N'est-ce que ce type de sac en particulier ou cela nomme-t-il tout type de sac confondu?

Une petite recherche internet m'a informé sur l'équivalent anglophone de ce sac, le ''market wallet'' et des multiples ''reenactors'' qui l'avaient reproduit, mais aucune trace francophone... Mon but étant de documenter les vêtements et accessoires disponibles en Nouvelle-France, je me fie surtout aux sources de France. Et celles-ci se faisaient rares.


Encore par hasard, je tombe sur un autre homme à la besace, cette fois-ci de Carmontelle.

Le garde blés de Villers-Cotterets,
Louis Carrogis dit Carmontelle
Exposé au Musée Condé à Chantilly

Point de nom ici mais une confirmation, si je puis dire, que cet objet est bien utilisé en France puisque montré dans au moins deux différents tableaux de deux artistes différents. Peut-être que je me contente de peu de diversités de sources pour me confirmer l'utilisation de ce type de sac...

Une troisième confirmation m'est apparue par pur hasard suite à la lectures du livre des Fables de La Fontaine qu'on m'a offert dernièrement. La fable en question se nomme La besace, justement.  À la fin de cette fable, Monsieur de La Fontaine décrit habilement ce qu'est une besace:

''On se voit d'un autre œil qu'on ne voit son prochain.
 
Le Fabricateur souverain
Nous créa Besaciers* tous de même manière,
Tant ceux du temps passé que du temps d'aujourd'hui :
Il fit pour nos défauts la poche de derrière,
Et celle de devant pour les défauts d'autrui.''

*Besaciers: C'est-à-dire porteur de besace


Considérant que Monsieur de La Fontaine a vécu et écrit ses fables quelques décennies avant la parution des deux portraits présentés plus hauts, je peux maintenant affirmer sans trop craindre de me tromper que ce genre de poche se nomme une besace.


Mon amie Cathrine Davis,
représentant une Canadienne,
chargée de sa besace.
Crédit photo: Joseph Gagné

Voilà, je voulais partager ma relation particulière avec le mot d'autrefois qu'est la besace. Peut-être aurait-il été plus facile de chercher dans un dictionnaire historique par l'intermédiaire de mes amis historiens mais le chemin parcouru aurait été moins surprenant!


Mlle Canadienne


samedi 5 août 2017

Les rendez-vous avec l'histoire de la Nouvelle-France

Bonjour,

Cela fait longtemps que je n'ai pas utilisé le clavier. Je m'intéresse toujours à la reproduction de costume et à l'histoire de la Nouvelle-France en général.

D'ailleurs, j'écris ce billet pour inviter mes lecteurs, si d'aventures il me reste quelques lecteurs, à assister aux conférences données lors de cet évènement qui a lieu la fin de semaine prochaine: Les rendez-vous avec l'histoire de la Nouvelle-France.  Cet évènement a été monté par l'historienne et conférencière Catherine Ferland, co-auteure du livre sur l'histoire de la Corriveau.

Oui cet évènement a lieu en même temps que les Fêtes de la Nouvelle-France et il a pour lieu de promouvoir et de partager l'histoire de la Nouvelle-France et non de se servir de cette période d'histoire comme prétexte à des amusements théâtraux publics. Mais n'ayez crainte les conférences ont lieu à des heures différentes de celles des Fêtes de la Nouvelle-France pour que les gens assoiffés de connaissance puisse puiser du meilleur des deux monde.


Pour moi les Fêtes de la Nouvelle-France ont toujours été un beau prétexte pour porter mes reproductions de vêtements de cette période. Et j'y serais encore, cette année du moins.

Journée de printemps devant la tour Martello
Crédit photo: Cathrine Davis


Et si vous vous posez la question, je ne suis pas la demoiselle présentant les vêtures des femme en 1750.

Bonne journée,

Mlle Canadienne

mercredi 3 mai 2017

Sewing for shifts aka ''couture rabattue''

Hello,

I'm still working on my shifts (hand sewing can be long, sometime it is painful)

While reading the Art de la lingère written by Garsault in the year 1771, available on web on Gallica, I was intrigued by the term ''couture rabattue'', the sort of sewing that should shifts uses to gather each pieces. I was also a little bit confused by the description of the Fleur de Lyse's pattern, so I went into the writings of 1771 to figure out how it was originally described.

Here the original text:
(I may had transform old french orthography into modern one during transcription)


''La couture rabattue se fait de plusieurs manières; il s’en fait à surjet, d’autres à points-devant mêlés d’arrière-points, le tout pour joindre deux pièces dont l’une et l’autre sont sans lisières; ou bien quand il n’y a qu’une lisière à l’une des deux pièces : car deux lisières qui se joignent l’une à l’autre sans avoir besoin de couture rabattue à l’envers, qui ne sert qu’à empêcher les toiles de s’effiler : voici la manœuvre.

Remployez le bord de chaque toile, mais l’une plus que l’autre; approchez-les de leur remplis, de façon que le rempli de l’une dépasse celui de l’autre de quelques lignes; surjettez-les près du haut de chaque rempli; puis retournant les pièces  et déployant les deux toiles, vous retrouverez l’extrémité de chaque ploiement; vous verserez le plus long sur l’autre, et les applatissant sur la toile, vous les y arrêterez à points de côté; ou bien approchez l’un de l’autre les bords de chaque pièces pliés comme ci-dessus, mais de façon que, Fig. 1G, le bord a dépasse de quelques lignes le bord bb de l’autre; puis le long dudit bord bb, le plus bas, faite une couture à points-devant et arrière-points d; par exemple, successivement deux points devant et deux arrières-points. Vous rebatterez ensuite, Fig.M, le bord dépassant aa, Fig 1G, l’autre morceau par-dessus cette couture et vous l’arrêterez à points de côté.

Les figures G N M, font voir une couture rabattue à points-devant mêlé d’arrières-points au lieu du surjet.


La figure H, Montre les deux pièces ouvertes l’envers en dessous : la couture paroît à peine en dd; car si bien exécutée, à peine doit-on voir la couture à l’endroit.''




First paragraph says that this kind of sewing is used to gather two pieces of fabric to avoid them to frill. If gathering two raw edges, this kind of sewing is not required.

If I understand well old french (it is always a challenge to understand old languages(:

  1.  Sew together with a backstitch of the alternate 2 backstitchs then 2 front stitch the fabrics in a way that the sewing value of one border is a little bit longer than the other. 
  2. Fold the longue sewing value over the other one in a way to make a little hem in a way that the edge of that hem is in front of the first sewing (step 1).
  3. Sew the hem in a way that sewing line won't be visible on the right side of the fabrics. 
Would you like to try an 18th century sewing style for your next project?

Mlle Canadienne