lundi 3 décembre 2018

Man dressing gown out of a 1725 boat shipwreck

Hello!

I want to share the story behind the reproduction of a man's banyan I just finished.

That story begins with this document: État des effets et marchandises provenant du naufrage du navire du Roy le Chameau. (Condition of material and merchandises from the shipwreck of the King's ship ''le Chameau'')


This document is available with Archives de la Nouvelle-France. This database is a collaboration between the following organisms: Library and Archives CanadaArchives Nationales d'Outre-Mer (France), Archives Nationales (France) et Bibliothèque et Archives Nationales du Québec.


For a better understanding of this inventory, it is better to talk about the ship ''le Chameau'' and its history. That ship was a flute, a ship made for carrying merchandise. It was built in Brest in 1717-1718  and Rochefort was his designed seaport. During its life ''le Chameau'' was carrying merchandise between Rochefort and Québec. In the night of August 27th to 28th 1725, ''le Chameau'' made a shipwreck not too far from Louisbourg when it was heading to Québec. They had no survivors. The bodies they found on the shore were ''nu en chemise'' (naked in shifts), it was presumed that the wreck was sudden.



Map of  October 10th 1725
 Showing the site of the shipwreck of ''le Chameau''


Few expeditions to bring back the most material that the disaster put on the shores were set. It is in this occasion the inventory I told you about in the introduction was made. In that list of material, one item was more attracting for my curiosity.



Dernière page de 


''Une robbe de chambre d'indienne doublée d'un taffetas vert''
''One banyan in indienne lined in green taffeta''

The first thing that caught my interest is the description of the fabric. The way it is written that the banyan is in indienne and the lining is in taffetas means that the printed cotton fabric was more valuable and more fashionable than the taffeta (winch refers to silk as no other fibers were used to made taffetas during this time, like polyester taffeta today) That item supports my idea that indiennes made in printed cotton were probably more expensive than silk taffetas. Today it is quite the opposite, usually printed cotton fabric are way more expensive than silk taffeta. 

After I began to be intrigued by the clothing named ''robe de chambre'' (banyan). The absence of woman indication like '' ''de femme'' or ''de dame'' (of woman or of lady) makes me think that its a gentleman clothing. Most 18th century precise that it is woman clothing with such indicative, in French at least, I do not know for Shakespeare language. In fact, the only woman clothing in ''le Chameau'' inventory is on the same page of the indienne banyan. You can read  : ''un habis de femme ... gris sans doublure''. (a woman outfit ... grey without a lining). The ... indicates that I can not read the word. All others ''habis'' (outfit) just have the fabric/decoration description, so they should be men's garment. 


Documentation about French men banyan in the beginning of the 18th century and late 17th century began. My searches lead me to those paintings. 


Portrait of a young man
No datation
Attributed to a french painter
Form collection: ''Old Master Painting''




''Homme en robe de chambre'', from ''recueil des modes de la cour de France''
Printed in Paris, France, 1676
attributed to Nicolas Bonnart et Jean-Baptiste Bonnart





Portrait of a wigged man
Painter Jacob Ferdinand Voet during his Paris's stay  de 1686 à 1689
Private collection 





Portrait of Samuel Bernard, comte de Coubert (1615-1687)
Painter Louis Ferdinand Elle le jeune (1649-1717)





Portrait of an unknown man during Louis XV' s reign, formerly designating Jacques Soufflot
(Reign of Louis XV: 1722-1774)
Painter Carle Van Loo (1705-1765)





Portrait of Marc de Villiers, secrétaire du Roy
Painter Jacques-André-Joseph Aved (1702-1766)
Dated 1747
Collection J. Paul Getty Museum, Los Angeles, États-Unis




As you can see, the general look of a man dressing gown did not evolve a lot since 17th century. On the paintings I have shown, the banyans have common points and different points. They are ''one side fits all'' and generally have a loose fit. They do not have belt, on the contrary of their actual descendent. All banyans have a contrasting lining and it look like silk (despite that fiber content is only a guessing).  Only two of the six have a clear seam at the shoulder, the others one do not have a seam or the voluminous wig/hair hide it. Only the banyan painted by Van Loo have some facings.


For my reproduction I choose to follow the things I found in common for all pictured banyan I have found. Not have a shoulder seam and have a loose fit. For the textiles, the description on the document I have shown upper is pretty clear.

For the '''indienne'', I choose a reproduction of an indienne for the dutch market dated around 1725 (The year ''le Chameau'' sank).

Indienne from



For the lining, silk taffeta was required, indeed.

Silk taffeta from


The neckline is what caused me many headaches. I did buy the banyan pattern from ''Reconstructing History'' because I wanted to be guided in the cut. Unfortunately, I realised too late that the neckline on the paintings (close to the neck) are different than the one proposed by the pattern I bought (with lining appear into triangles). 

 In fact, I made that notice too late: my fabric was already cut, when I asked my boyfriend to do a pose for me when taking that picture. 

It stylish those lapels in lining but they never appear on painting.



I needed a solution. The one I found is to add a band of fabric on the pack of the neck like I did when I made a bedgown years ago. To avoid cutting more fabric, I pleated the side. If not I would have loss the loose fit into a fitted cut. And I really wanted to keep a loose fit banyan.

Neckline detail of my bedgown 
Wear and picture by Cathrine Davis

So here is the final result! My re-creation of an indienne banyan found on the shores not far from Louisbourg at the end or August 1725.



Full size view




Detail of the back and the neckline inspired by woman bedgown



Side view of the neckline and the pleats I made to keep all the width



Detail of the front neckline



Detail of the finition  of the sleeve, sewn by hand 



Master Historian is beginning to enter in his role ...


Between the idea of creating a banyan inspired by the document my friend Cathrine Davis showed me (the one in the beginning of this article and its realisation, there has been a long time. I am really satisfied by the way it looks. 

I hope you enjoyed the process as well as the final result of this indienne banyan.


To all adventurous people who had read the whole article, I hope you have a great day. 


Mlle Canadienne







dimanche 2 décembre 2018

Flûte, Chameau et robe de chambre

Bonjour!

Aujourd'hui je veux vous conter l'histoire d'une reproduction que je viens de terminer de son origine à sa recréation.

Tout a commencé avec la découverte du document: État des effets et marchandises provenant du naufrage du navire du Roy le Chameau.


Ce document est disponible sur la base de données Archives de la Nouvelle-France. Cette base de données est une collaboration entre les organismes suivants: Bibliothèque et Archives Canada, Archives Nationales d'Outre-Mer (France), Archives Nationales (France) et Bibliothèque et Archives Nationales du Québec.


Pour comprendre la provenance de cet inventaire, il est nécessaire de parler un peu du navire le Chameau et de son histoire. Le Chameau était une flûte, c'est-à-dire un navire fait pour le transport. Il a été bâti à Brest en 1717-1718 et il reçut comme port d'attache Rochefort. Ce navire a essentiellement fait le transport de marchandises entre Rochefort et Québec. C'est dans ce contexte qu'il fait naufrage au large de Louisbourg dans la nuit du 27 au 28 août 1725, alors qu'il faisait route vers Québec. Aucun survivant n'a été retrouvé. Les corps rejetés sur le rivage étaient retrouvés ''nu en chemise'' ce qui laisse présumer de la soudaineté du naufrage.



Carte du 10 octobre 1725
 indiquant le lieu du naufrage du Chameau


Quelques expéditions visant à récupérer le plus de matériel de ce désastre furent mises sur pied. À cette occasion un inventaire des effets et marchandises récupérées fut rédigé. Dans cette liste de biens, un item a attiré mon attention et ma curiosité.


Dernière page de 


''Une robbe de chambre d'indienne doublée d'un taffetas vert''

Ce qui m'a d'abord attiré vers cet article c'est la description des tissus qui, à mon humble avis, montre la qualité et la rareté des différents tissus de l'époque. La doublure est de taffetas, un mot qui est uniquement utilisé pour décrire un tissu de soie à l'époque. (Aujourd'hui il est possible d'avoir des taffetas synthétiques). Le tissu d'apparat est donc l'indienne, c'est-à-dire une toile de coton peinte importée des Indes.  Cela confirme mon hypothèse que les tissus d'indiennes étaient plus onéreux et plus précieux que la soie, sinon je crois que la doublure aurait été d'indienne et le tissu d'apparat en taffetas de soie. Aujourd'hui c'est plutôt le contraire, la toile de coton imprimé est très abordable alors que le taffetas de soie est assez onéreux. 

Ensuite est arrivé un intérêt pour le vêtement de robe de chambre. L'absence d'indication féminine telle que ''de femme'' ou ''de dame'' me fait penser que ce vêtement était confectionné pour un gentilhomme. En effet, la plupart des documents du XVIIIe siècle précisent par ces indicatifs qu'il s'agit de vêtement féminin. D'ailleurs, sur la page ci-dessus, il est indiqué ''un habis de femme ... gris sans doublure''. D'ailleurs, tous les autres ''habis'' décrits dans cet inventaire ne mentionnent que leur description. 


Je me suis donc documentée sur la robe de chambre masculine de la fin du XVIIe et début  du XVIIIe siècle afin de réaliser une reproduction de cet article. Après tout, le Chameau a sombré en 1725. Mes recherches iconographiques m'ont menée jusqu'à ces portraits.


Portrait d'un jeune homme
Non-daté
Attribué à un peintre d'origine française
Provenant de la collection: ''Old Master Painting''




Homme en robe de chambre, extrait du recueil des modes de la cour de France
Imprimé à Paris, France, 1676
Attribué à Nicolas Bonnart et Jean-Baptiste Bonnart





Portrait d'homme à la perruque
Peintre Jacob Ferdinand Voet durant son établissement à Paris de 1686 à 1689
Collection particulière





Portrait de Samuel Bernard, comte de Coubert (1615-1687)
Peintre Louis Ferdinand Elle le jeune (1649-1717)





Portrait d'inconnu du règne de Louis XV autrefois désignant Jacques Soufflot
(Règne de Louis XV: 1715-1774)
Peintre Carle Van Loo (1705-1765)





Portrait de Marc de Villiers, secrétaire du Roy
Peintre Jacques-André-Joseph Aved (1702-1766)
Daté de 1747
Collection J. Paul Getty Museum, Los Angeles, États-Unis




Comme vous pouvez le constater, la forme de la robe de chambre n'a que peu évolué depuis la fin du XVIIe siècle. Sur les peintures et illustrations retenues, quelques ressemblances et différences sont apparues. Les robes de chambres sont toutes très larges et ne semblent requérir aucun ajustement particulier. Elles ne possèdent pas de ceinture, contrairement à leur héritières actuelles. Toutes les robes de chambres ont une doublure en couleur contrastante avec le tissu d'apparat.  Dans la collection que je viens de vous présenter, deux robes de chambre possèdent une couture de manche. Les autres n'en n'ont pas ou la chevelure fournie de ces messieurs empêche de la voir. Toujours dans les différences, la robe de chambre peinte par Van Loo semble avoir des parements de manche.


Pour ma reproduction, j'ai décidé de suivre ce que j'avais trouvé de commun dans les tableaux qui m'ont servi d'inspiration. Mon patron devait ne pas avoir de couture aux manches et être sans ajustement particulier. Pour ce qui est du choix des tissus, la description de la robe de chambre retrouvée après le naufrage du chameau est assez claire dans l'inventaire présenté plus haut.

Pour l'indienne, j'ai choisi une reproduction hollandaise dont le motif est daté autour de 1725. Le Chameau a fait naufrage en 1725, je suis dans la bonne période!






Pour la doublure, le taffetas de soie était requis.


Et le taffetas de soie


Ce qui m'a causé le plus de souci, c'est l'encolure. Je m'étais procurée le patron de ''Reconstructing History'' parce que je désirais avoir un guide dans la forme de mon patron. Malheureusement, je n'ai réalisé que trop tard qu'il  avait une différence entre l'encolure que je voulais réaliser (au raz du cou) et celle du patron (large laissant des pans de la robe de chambre retomber en triangle au niveau de l'ouverture avant).

En fait, je ne l'ai réalisé que mon tissu était déjà coupé, lorsque j'ai prise cette photo de mon amoureux, qui a bien voulu se prêter au jeu de modèle.


Bien que cela donne un style, les revers n'apparaissent jamais sur les tableaux d'époque.



Il fallait trouver une solution. Celle que j'ai trouvée, c'est de rajouter une bande de tissu au niveau du cou comme sur le manteau de lit que j'ai fait il y a plusieurs années. Pour éviter de perdre du tissu, j'ai plissé l'excédent que la découpe laissait au niveau de la bande de tissu ajoutée. Sinon, la robe de chambre aurait perdu sa coupe ample pour une coupe ajustée, ce que je voulais éviter.


Détail de mon manteau-de-lit 
Porté par Cathrine Davis

Alors voici le résultat final! C'est une recréation de ce que aurait pu avoir l'air la robe de chambre retrouvée sur les côtes de la Baleine, non loin de Louisbourg à la fin août 1725.



Vue pleine grandeur




Détail du dos et de l'encolure inspirée du manteau de lit



Vue de côté de l'encolure et des plis que j'ai fait pour garder la pleine largeur de la découpe.



Détail de l'encolure avant.



Détail de la finition de la manche - fait à la main sans machine



Monsieur l'historien commence à entrer dans son rôle...


Entre l'idée de créer une robe de chambre inspirée du document que je vous ai présenté et sa réalisation, beaucoup d'eau a passé sous les ponts. Je suis plutôt satisfaite du résultat.

J'espère que vous aurez apprécié la démarche autant que la recréation en elle-même.

Je souhaite à tous les aventureux qui ont terminé la lecture une bonne journée.


Mlle Canadienne






lundi 15 octobre 2018

Photoshoot of the ''robe à la française''

Hello,

It was during a cloudy afternoon of October that I had the pleasure to do a photoshoot with the photographer Catherine Leclerc in the goal to fix in picture my first ''robe à la française''.  I am proud to present the result of hours of work and hand sewing. It is true that with the cloak we do not always see the dress but there was a risk of rain, I had to be ready for the eventuality.

The stomacher and the ''manteau de robe'' (literally coat of the dress) were made entirely by hand. I cheated for the long gathering sewing of the petticoat. I think I may allow myself more of that kind of cheating in the future projects.



Once upon a time...


It is not too cold outside, finally !


Thoughts about that silver ring

The photographer suggested that pose. It was not easy to keep...


Détail of the Watteau pleats, the signature of that kind of dress. The waist is also highlighted.




I love the femininity of the hand on the rock










Movements of the diferents fabrics...


Who is afraid of the big bad Wolf?


It is so dark here...








And if we talked about the Little Red Riding Hood?





The favorite of this seance of my photographer.


Again a big thank you to Catherine Leclerc, photographer for the marvellous pictures. I just want to make more reproductions to make another photoshoot with you!

Mlle Canadienne

Man dressing gown out of a 1725 boat shipwreck

Hello! I want to share the story behind the reproduction of a man's banyan I just finished. That story begins with this document:  É...